À Propos de la GENESIS

Nourrir la Lune
À Propos de la GENESIS
La CST à 60 ans
Les marches du palais
Cannes 2009, la caméra d'or
Retour chez les Piaroas

L’AFC a organisé, cette semaine la présentation d’une nouvelle caméra, la Genesis.

Son nom provient de genèse, la création. Est-ce que ce choix veut dire que la Genesis est une création ? C’est peut-être le point de vue des industriels  qui l’ont mis sur le marché  mais je ne pense pas que ce soit celui  des opérateurs   qui vont devoir l’utiliser. Cette caméra  semble  avoir a  été surtout  conçue  pour ne pas dépayser les DOP  n’ayant jamais travaillé en vidéo. Elle ressemble à s’y méprendre à une caméra Panavision  35mm. Son capteur ayant la taille de l’image 35, on peut utiliser tous les objectifs les plus anciens qu’on désire. Ses réglages d’usine  ont été optimisé pour que l’opérateur de prise de vue n’ait pas à faire de réglages sur le plateau en vue d’un Kinéscopage. C’est une caméra  dont la destination vidéo  se fait  facilement oublier. Cette caméra ressemble surtout à un outil voulu par les industriels pour  imposer la vidéo comme unique outil de prise de vue.

Dans cette perspective ,  on nous présente la génésis  en la comparant à du 35mm numérisé, c’est-à-dire patiné par une génération  numérique !Sans doute les industriels espèrent  que notre œil  d’opérateur   va finir par oublier le La absolu. Nous sommes incités  à perdre  peu à peu la référence de l’argentique originel.  À force de nous répéter que le signal électromagnétique est l’équivalent à de l’argentique nous risquons bien de finir par en être persuadé.

Il ne faut pas être dupe, ce  sont  les règles impitoyables  du marché   qui obligent  Sony à  fournir de nouveaux produits régulièrement. Et  non  une  hypothétique demande des DOP en manque d’inspiration et épuisés par le 35. Si changement, il doit y avoir ce sera  uniquement pour  asseoir la domination des industriels et  non celle des créateurs.